Nouvelles et information

La 45e saison de navigation a débuté

(Saint-Lambert, le 31 mars 2003) - Le vraquier Regina Oldendorff, affrété par Fednav Limitée, s'est glissé dans l'écluse de Saint-Lambert lundi matin, marquant le début de la saison de navigation 2003 de la Voie maritime. Le président et chef de la direction sortant de la Corporation de Gestion de la Voie Maritime du Saint-Laurent (CGVMSL) Guy Véronneau était accompagné à la cérémonie par son successeur Richard Corfe et leur homologue américain, l'administrateur de la Saint Lawrence Seaway Development Corporation (SLSDC) (États-Unis) Albert Jacquez. Parmi les autres personnes qui ont pris la parole figuraient le président de Fédération maritime du Canada Richard LeHir et le président de l'Association des armateurs canadiens Don Morrison. La Fédération et l'Association célèbrent toutes deux leur 100e anniversaire cette année.


La Voie maritime, inaugurée en 1959 par la reine Elizabeth et le président américain Dwight Eisenhower, a été commercialisée en 1998 en vertu d'un accord de 20 ans avec le gouvernement fédéral. Celui-ci demeure toutefois propriétaire de tous les éléments d'actif de la Voie maritime. En tant que premier président et chef de la direction de la CGVMSL, M. Véronneau a été chargé de veiller à l'exploitation et à l'entretien de la partie canadienne de la voie navigable. Il part aujourd'hui à la retraite après avoir réussi à guider la nouvelle Corporation dans la réalisation de son premier plan d'entreprise quinquennal, respectant ou surpassant tous ses objectifs de rendement.


Son successeur, Richard Corfe, a détenu divers postes de cadre auprès de la Voie maritime depuis quelque 20 ans. Membre du Comité de gestion de la Corporation depuis 1995, il est devenu vice-président de la Région Maisonneuve en 2000, puis leader du processus de la Corporation en matière d'entretien de l'infrastructure responsable des normes, systèmes et plans d'ingénierie.


Depuis 44 saisons de navigation consécutives et le passage de plus de 2 milliards de tonnes de marchandises dans ses écluses, la Voie maritime a constamment amélioré ses installations et ses services. « Nous cherchons toujours à exploiter des solutions technologiques pour mieux servir nos clients, et de nombreux nouveaux outils ont été adoptés depuis la commercialisation, affirme M. Corfe. Au cours de ses cinq ans en poste, mon prédécesseur, Guy Véronneau, a jeté de solides bases pour que la Voie maritime demeure une artère commerciale efficace. Nous demeurerons sensibles à la nécessité d'offrir à nos clients maritimes des services économiques sur une voie navigable sûre et fiable. »


Le 1er avril, la CGVMSL entamera son deuxième mandat de cinq ans avec une plus petite équipe de cadres supérieurs et un accord sur un nouveau plan d'entreprise. Celui-ci prévoit une augmentation d'environ 14 p. 100 aussi bien des revenus que des coûts discrétionnaires. La Corporation se retrouve ainsi en bonne position pour relever les défis à venir, surtout que la convention collective avec ses travailleurs syndiqués a été prolongée jusqu'au 31 mars 2005 et que plusieurs secteurs importants - dont l'acier et d'autres marchandises en vrac - laissent entrevoir une reprise dans le trafic.


De plus, Transports Canada a accepté d'injecter 45 millions de dollars de plus dans l'entretien du réseau pour les cinq prochaines années - ce qui porte l'investissement total à 170 millions de dollars -, reconnaissant les besoins croissants d'une infrastructure qui a maintenant 43 ans et plus (la section canal Welland de la Voie maritime est en service en 1932). Cet investissement constituera un stimulant bienvenu pour une artère qui permet des transports consommant peu d'énergie, ménageant l'environnement et assurant un important avantage concurrentiel à une vaste gamme d'industries au cœur de l'Amérique du Nord.


La Voie maritime s'enrichit en 2003 d'un important outil compétitif puisqu'elle devient la plus grande voie navigable intérieure au monde à adopter la technologie du système d'identification automatique (SIA). À partir d'aujourd'hui, tout navire commercial empruntant la Voie maritime est tenu d'être doté d'un transpondeur SIA.


À l'appui de sa volonté d'améliorer l'efficacité et le service à la clientèle, la Voie maritime peut compter sur son site Web binational www.grandlacs-voiemaritime.com. Des dizaines de milliers de clients et de chercheurs consultent tous les mois ce dépôt de règlements, d'information et d'applications de cybercommerce.


En ce qui concerne l'avenir, la CGVMSL participera de concert avec Transports Canada à deux études qui l'intéressent au plus haut point. Une étude sur les services de navigation examinera les moyens possibles de simplifier la prestation de services qu'offrent une multitude d'instances gouvernementales pour la navigation dans le réseau Grands Lacs-Voie maritime du Saint-Laurent. La CGVMSL participera également à la revue sur la navigation sur les Grands Lacs, un projet binational qui effectuera cette année une analyse des données de référence puis déterminera la façon dont les chenaux et structures de la Voie maritime pourraient être améliorés pour maximiser leur valeur au 21e siècle, au profit de tous les intervenants.